NOTRE PROJET

Le projet Nous Le Sport 2021-2025 porté par Emmanuelle Bonnet Oulaldj - dont les 30 propositions sont présentées ci-contre/dessous - s'est notamment construit - dès l'annonce de la candidature d'Emmanuelle Bonnet Oulaldj à la présidence du CNOSF dans un courrier adressé aux fédérations membres le 23 janvier 2021 - au fil de nombreuses rencontres dont certaines retransmises via BeSport du 17 février au 17 mai / retrouvez-les sur la page Nos rencontres.

@EOulaldj

CANDIDATE À LA PRÉSIDENCE

DU CNOSF

Comité national olympique et sportif français

élections du 29 juin 2021

Nous Le Sport

2021-2025

#NousLeSport2021 est le projet collectif porté dans le cadre de la candidature d'Emmanuelle Bonnet Oulaldj à la présidence du CNOSF dont les élections se sont tenues le 29 juin. Ce projet a été envoyé au comité de déontologie du Comité National Olympique et Sportif Français le 29 avril et communiqué aux présidentes et présidents des fédérations membres.

Ce projet s’inscrit dans une démarche inclusive et lucide. Il est la volonté de mettre au cœur du CNOSF une vision émancipatrice du sport pour affirmer le rôle essentiel du sport associatif fédéré dans sa diversité, quand les contenus sont adaptés, pour la santé physique, mentale et sociale, pour le bien-être et le développement de l’être humain.

En appui sur trois axes, "RÉSILIENCE, SOLIDARITÉ, EXIGENCE", ce projet veut poser les enjeux d’un sport de demain citoyen, innovant, durable en lien avec les enjeux sociaux, culturels, économiques, technologiques afin de contribuer, à sa mesure, à des transformations sociales plus humaines.

RÉSILIENCE pour garantir aux générations futures le droit au sport

10 PROPOSITIONS > retrouvez l'argumentaire de ces propositions ici.

  • Organisation avec le Comité Paralympique et Sportif Français à chaque olympiade d’Assises Nationales du Sport ouvertes à l’ensemble des acteurs du sport en France ;

  • Création d’un espace ressources dédié et doté d’un budget adapté à la recherche et la prospective pour des politiques sportives inclusives et égalitaires répondant aux besoins et attentes de la population dans sa diversité ;

  • Créer les conditions d’une offre numérique, de son déploiement et de formations, mutualisée à l’échelle de l’ensemble des fédérations sportives d’ici 2024 pour accompagner le développement de la vie associative et sportive ;

  • Expérimenter des tiers lieux sportifs et associatifs co-construits entre plusieurs fédérations pilotes ;

  • Penser une politique de partenariat tournée vers la société civile, et notamment les associations d’aide aux plus fragiles et promouvoir des projets communs d’inclusion par le sport ;

  • Positionner les fédérations de sport scolaire à l’articulation entre sport à l’école et sport fédéral et élargir le déploiement de la carte passerelle à l’université ;

  • Élargir le médico sport-santé à toutes les fédérations, contribuer à renforcer l’information et la formation des médecins généralistes et militer pour une prise en charge par la sécurité sociale du sport sur ordonnance ;

  • Développer un partenariat avec les maisons sport santé et promouvoir les centres médicaux sportifs pour y faciliter l’accès des fédérations sportives et de leurs clubs ;

  • Plaider en faveur d’une politique de la haute performance basée sur l’accompagnement et le potentiel humain de l’athlète, et non sur les seules sélection et élimination.

  • Organiser avec le Comité Paralympique et Sportif Français, le ministère des Sports et l’Agence Nationale du Sport, une grande campagne de communication permettant de valoriser le rôle du club, du bénévolat également, pour une reprise encadrée en toute sécurité.

SOLIDARITÉ pour une reconnaissance des fédérations sportives dans leur diversité

 

10 PROPOSITIONS > retrouvez l'argumentaire de ces propositions ici.

 

  • Instaurer une co-présidence du CNOSF à parité femme et homme et à parité olympique et non olympique à partir de l'AG élective de 2025.

  • Privilégier un fonctionnement plus transversal entre les différentes catégories de fédérations et privilégier l'espace du Congrès pour des prises de décisions tout au long de l'année avec une expression plus égalitaire.

  • Composer le bureau exécutif à parité entre les femmes et les hommes.

  • Innover avec un budget genré du CNOSF permettant de mieux saisir les leviers de correction des inégalités femmes/hommes.

  • Renforcer la transversalité et la fréquence des réunions entre la commission des territoires, les CROS, CDOS et CTOS.

  • Construire une offre de mutualisation aux fédérations sur les questions juridiques, et identifier un référent du CNOSF par fédération.

  • Proposer un cursus de formation aux nouveaux présidents et nouvelles présidentes de fédérations.

  • Instaurer un programme de recherche dédié à la commission des athlètes de haut niveau.

  • Organiser un séminaire annuel consacré aux évolutions et problématiques de l’arbitrage.

  • Mettre en place un plan d’actions coordonnées contre les violences dans le sport.

EXIGENCE pour agir sur le débat public au service de l’intérêt général

10 PROPOSITIONS > retrouvez l'argumentaire de ces propositions ici.

 

  • Plaider pour un ministère des Sports à part entière doté de la compétence éducation populaire.

  • Militer en faveur d’une véritable Loi visant à la démocratisation du sport et un budget des Sports à 1 % du budget de l’État.

  • Proposer une reconnaissance de l’activité bénévole à travers des dispositifs favorisant le temps libéré : mécénat de compétences notamment et valorisation des entreprises qui le pratiquent.

  • Exiger un maintien du nombre de postes de CTS [Conseillers Techniques et Sportifs] placés auprès des fédérations, et un renforcement de celles qui sont aujourd’hui non dotées ou sous dotées.

  • Travailler à des leviers supplémentaires permettant de mieux répartir les richesses produites par le sport professionnel au profit du sport associatif.

  • Proposer une co-présidence de l’Agence Nationale du Sport en vue d’une gouvernance véritablement partagée.

  • Dans une logique ascendante et citoyenne, mobiliser le tissu associatif local pour contribuer à refonder l’avenir des Jeux Olympiques et Paralympiques.

  • Contribuer à une politique de l’emploi et de la formation permettant de développer les compétences liées à l’animation de la vie associative et à l’accompagnement du bénévolat

  • Créer une vice-présidence du CNOSF dédiée à la transition écologique : mutualiser, partager et rendre disponibles les expériences des fédérations.

  • Conventionner avec le collectif de l’Éthique sur l’étiquette pour mieux accompagner nos équipementiers sur les conditions sociales de fabrication des matériels sportifs.

RÉSILIENCE, SOLIDARITÉ,
EXIGENCE
1

DROIT AU SPORT

Dans cette société de l’après-Covid qu’il nous appartient d’imaginer dès aujourd’hui, il est essentiel que le rôle des activités physiques et sportives, la vie associative et le bénévolat soient enfin reconnus comme indispensables.

2

FÉDÉRATIONS SPORTIVES

La reconnaissance de nos fédérations dans leur diversité, en pensant également une représentativité plus égalitaire et juste, est un enjeu essentiel pour faire du sport “un bien commun” qui nous appartient à toutes et tous, comme le CNOSF l’appelait de ses vœux en conclusion des travaux sur la nouvelle gouvernance du sport.

3

INTÉRÊT GÉNÉRAL

Tout en préservant son autonomie et celle du monde fédéral, le CNOSF doit accentuer son exigence auprès de l’Etat d’un service public du sport co-construit avec le mouvement sportif.

9 fédérations sportives françaises ont interpellé et adressé publiquement,
le 13 avril dernier, une série de questions aux 4 candidat·es à la présidence du CNOSF, lire ici les réponses d'Emmanuelle Bonnet Oulaldj.

Le jeudi 27 mai, le CNOSF organisait une présentation des programmes par
les 4 candidat·es à la présidence du CNOSF
, retrouvez l'intervention d'Emmanuelle Bonnet Oulaldj en vidéo ci-dessous..
.

... ou à lire ici.

Le mercredi 16 juin, avait lieu le Grand oral des candidat·es à la présidence du CNOSF. Emmanuelle Bonnet Oulaldj a répondu aux questions des électeur. Regardez ses réponses en replay ci-dessous...

Jeux Olympiques et Paralympiques

Paris 2024
 

Dans trois ans, la France accueillera les Jeux Olympiques et Paralympiques. Je souhaite que ce soit une grande fête populaire et surtout un tournant majeur pour le développement des activités physiques et sportives pour toutes et tous avec un héritage durable au service des clubs et des territoires. 

À l’occasion du centenaire du CIO accueilli à Paris en 1994, Nelson Paillou, président du CNOSF de 1982 à 1993, avait prévenu : “Si l’on veut que le sport ait un avenir, il faut qu’il soit humain. S’il échappe à l’Homme, il disparaîtra, comme il a déjà disparu par le passé”. 

Soyons au rendez-vous !